Le sel de la mer rouge est exploité par des marais artifiiels implantés au sud-ouest de la ville de Djibouti. Nous sommes allés à la rencontre des ces hommes qui ramassent la fleur de sel, de façon artisanale et avons tenté de visité l'usine de iodation dans le quartier d'Arhiba, quartier populaire de Djibouti...

L'exploitation se fait par 120 sauniers, 60 Afars et 60 Issas. Autrefois le sel était iodé, mais ne l'est plus aujourd'hui, la machine qui leur permettait de le faire est tombée en panne et ils ne savant pas la réparer. Ces hommes touchent un salaire de misère, pour 12 h de travail, ils rapportent 1000 Fdj soit l'équivalent de 5 € ça fait réfléchir, sachant que leurs terrains diminuent de plus en plus de par l'achat de ceux-ci pour des contructions.....  Malheureusement beaucoup de Djiboutiens ne se rendent pas compte de la richesse qu'ils ont et qu'ils pourraient exploiter. C'est ainsi.

***


Nous avons été super bien accueillis, ils nous ont montrés comment ils récoltaient la fleur de sel,

2017-12-19 09-46-27 2017-12-19 09-43-25 2017-12-19 09-41-41

Comment ils le nettoient,

2017-12-19 10-03-52

Il le revendent en conditionnement différents selon leur clients, en petit sachet pouir les ménages, en boites de lait recyclées pour les restaurants et en grands sac pour les boulangerie ou autres plus gros consommpateurs.

2017-12-19 10-03-35

On pourrait croire que le sel ne provient uniquement que du lac Assal, jamais on ne pourrait soupçonner que lorsqu'onpasse sur cette route, un peu plus loin sur ce qui semble être un terrain vague, se trouvent des marais salans...

2017-12-19 09-35-00 2017-12-19 09-53-05

 

Si vous voulez en savoir plus, voici la référence du livre qui nous a été recommandé par Charly, notre guide attitré :)

lor-blanc-de-djibouti-salines-et-sauniers-xixe-xxe-siecles