Le journal de Clo, notre famille expatriée à Djibouti

03 novembre 2018

Le blog a déménagé

Désormais vous retrouverez la suite des aventures de la famille à cette nouvelle adresse : 

 

https://lejournaldeclo.wordpress.com/

 

J'avais envie de quelque chose de plus dynamique, j'espère que ça vous plaira.

 

Un grand merci à tous pour tous les retours que j'a eu je suis vraiment ravie en plus de pouvoir partager avec notre famille notre aventure, de permettre également à d'autres nouveaux arrivants ou futurs arrivants de découvrir ou trouver quelques réponses sur Djibouti aujourd'hui.

A très vite, j'ai plusieurs articles en "brouillons qui attendent que je trouve quelques minutes pour les compléter et corriger, le début d'année scolaire a été très "prenant" mais je reviens très vite avec de nouveaux "récits"

 

Clotilde

Posté par Clozoal à 06:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 mai 2018

Visite du laboratoire de géomatériaux (céramique) du CERD & de l’Herbier National de Djibouti.


Nous avons visité  aujourd'hui une partie des installations du Centre d’Etudes et de Recherches de Djibouti. (CERD) Les deux instituts de recherche qui nous ont accueillies (oui que des femmes aujourd'hui ) ; l'institut de la terre dont dépend le laboratoire de géomatériaux, et l'institut de recherche médicinales (IRM) qui gère l'Herbier National.

Le laboratoire de géomatériaux a été crée en 2010, et il est rattaché à l’Institut des Sciences de la Terre du CERD (Centre d’Etudes et de Recherche de Djibouti). Il a pour objectif de valoriser les géomatériaux Djiboutiens à des fins industrielles. Il sélectionne les variétés d’argiles Djiboutiennes adaptées pour l’élaboration des céramiques. Le laboratoire étudie les propriétés physicochimiques, minéralogiques et comportement thermiques de ces argiles échantillonnées dans différentes régions de la République de Djibouti. La production de céramique à partir des différentes argiles du pays s’effectue au sein du laboratoire

Les céramiques produites à partir des argiles Djiboutiennes de la zone du lac Abhé et du PK20 (région d'Arta).Mais aussi à Holhol.

La cuisson des biscuits, la cuisson des pièces émaillées, vous aurez toutes les infos des procédés sur leur site : j'avoue que c'etait trop compliqué pour moi de retenir tout ça, n'en n'ayant jamais utilisé, mais on aurait dit une enfant dans un magasin de jouet, on a eu le droit à une ou deux démos, vraiment je trouve ça magique.

 

 

20180510_092948

20180510_093021 20180510_093253

20180510_093753

20180510_094125

 

Il faut que je vous insère une petite vidéo à l'occasion.... De la voir partir d'un morceau qui ressemble à rien finalement pour finir en quelques minutes avec un objet fin et délicat, c'est vraiment merveilleux. 

 

20180510_094538 

20180510_094606 20180510_094546

20180510_094614

 

 

20180510_094830 20180510_094836

 

Et ça vous allez deviné un peu ce que c'est ???? si je suis sûre que vous y avez pensé mais vous vous êtes dit mais non c'est pas possible !!!! <vous êtes trop forts, ce sont bien des semelles, elles sont aussi rigides et possèdent des trous pour y faire passer de  liens. C'est "chaussures" servent à traverser la brousse.

 

20180510_094918 

 

C'est un beau travail, et on a trouvé dommage que ce ne soit pas commercialisé, ici ils ne développent pas encore beaucoup l'artisant c'est bien dommage, bon en même temps ce n'est pas le but premier de cet institut....

 

 

20180510_122916

Un petit cadeau en partant, je suis vraiment ravie de ce beau souvenir et leur accueil a été vraiment sympathique, j'espère avoir l'ioccasion de leur rendre visite à nouveau. 

 

 

 

 Deuxième partie de la visite  : l’Institut des Recherches médicinales qui gère l’Herbier National.

L’Institut de Recherches Médicinales (IRM) est une institution leader à Djibouti dans l'investigation des plantes médicinales ainsi que le Développement Durable. Il a été mis en place en 2009 et a déménagé dans ses locaux en septembre 2011.

Son but est de 

Il contribue : A promouvoir la conservation de la biodiversité ; à soutenir l'utilisation des ressources naturelles locales  et à assurer une gestion rationnelle des plantes ainsi que la garantie de la plus haute qualité dans le processus de valorisation de la phytothérapie.


Motivé par une vocation clairement inter-culturelle, l’IRM initie une approche respectueuse entre l'investigation scientifique et la médecine traditionnelle.

 

L'institut  l'identifie, l'évalue, cultive et conserve, prépare des plantes médicinales en phytomédicaments. 

Les laboratoires sont composés de l'Herbier National et de laboratoires de chimie, de microbiologie.

 Il sont en partenariat avec un professeur en pharmacologie à l'université de Nancy, et d'un professeur de l'université de Karthou au Soudan. 
Sans oublier la Directrice de l'Institut, le Dr Fatoua Mohamed Abdoul-Latif qui nous a fait l'honneur de sa présence.

Il faut savoir qu'ils sont partis de peu, ils récoltent les information par enquête auprès des guérisseurs et des villageois, une récolte en milieu non polluants, et avant 14 h (croyances).

Le pays possède une flore riche et variée mais qui est cependant menacée à cause de la sécheresse. L'autre soucis, c'est l'âge avancé des guérisseurs qui sont consultés et qui possèdent une connaissance empirique et ancestrale des plantes médicianales.

L'IRM inventorie donc tout ce la pour conserver et préserver ces richesses.

 

 

 

20180510_104422 

20180510_104419

 

On fait sécher les plantes pour faire ensuite l'échantillonage

 

 

 

 

20180510_104517 

 

L'hydro-distillation : On fait chauffer un ballon contenant de l'eau et des végétaux dont on peut récupérer l'huile jusqu'à l'ébullitionsous l'effet de la chaleur. Les végétaux libèrent leur huile, puis les vapeurs d'eau et d'huile vont s'élever pour atteindre un réfrigérant constitué de deux tubes : le 1er dans lequel passe la vapeur pour se liquéfier et le second qui l'entoure et qui dispose d'une entrée et d'une sortie à travers lequel on fait circuler de l'eauu (ou de l'huile) à basse température en continu pour refroidir

20180510_104435

 

Appareil Alambic

la technique d'entraînement à la vapeur ressemble à celle de l'hydro-distillation, cependant pour celle ci on ne place pas les plantes dans l'eau. La vapeur d'eau passe à travers la plante pour briser les cellules végétales, libérer les molécules aromatiques et les entraîner dans 1 serpentin de refroidissement. Les vapeurs refroidies retournent à l'état liquide "huiles essentielles et eau".

 

A l'extérieur, un petit jardin expérimental :

 

20180510_110411 20180510_11075020180510_110517

 

 

20180510_122706

J'ai eu la chance d'avoir un petit cadeau, un peu poudre de Moringa, un henné neutre quoi que je vais vite tester :)

 

Ils ont sortie un "Atlas" des 130 plantes répertoriées jusqu'à aujourd'hui, on peu le trouver actuellement dans les bibliothèques (Massart, Héron et ISF je crois... et sera bientôt à la vente
J'ai eu la chance de le lire, il est vraiment bien fait et chaque page détaille la provenance de la plante, ses propriétés etc...

20180409_123832

 

 

Posté par Clozoal à 13:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 avril 2018

Nomado de 3 jours : Dougoum, Ditilou et les Sables blancs

Nous voilà partis pour trois jours de nomado, avec 3 véhicules, les glacières chargées avec des glaçons pour maintenir au frais un maximum...

 

Direction Ditilou pur cette première journée, nous ferons un passage par le village de Dougoum, puis Ditilou pour y rester jusqu'au lendemain midi et enfin direction pur deux jours aux sables blancs où nous fêterons les 9 ans de notre "mimi".

 

Départ donc le lundi matin, non on ne court pas, on est super au point sur les préparatifs e les délais comme d'habiture... bon ok, il manque toujours un truc mais promis un jour on sera top au point ! 

La voiture sort du garage, le plein est fait, les niveaux ok, etc... on peut tous partir... 3 véhicules en file indienne c'est pas plus mal, c'est même conseillé car ici, même avec un véhicule au point, on n'est pas à l'abri d'une surprise, et vous allez voir que ça pimente toujours un peu dans le voyage... 

Il faut déjà sortir de Djibouti, vous le savez déjà, ici la conduite c'est du gâteau, tout est respecté, jamais de triple file non non non, pas de tresse c'est hyper zen.... Passage obligé après avoir contourné Blabala par la "route des camions" c'est impressionnant le nombre qu'il peut y avoir ! 

 

Pause déjeuner sous les acacias... Nous n'étions pas les premiers arrivés....

2018-04-23 12-38-17 2018-04-23 12-43-55

 

 

 

 

Encore un peu de route et nous voici sur la piste.  Il faut parcourir à peu près 6 kms de piste pour atteindre le petit village de Dougoum. J'avais à coeur de m'y arrêter. Malheureusement nous n'avions pas réussi à joindre Daoud pour qu'il nous fasse visiter son village ety manger, mais ce n'est que parti remis, nous l'y avons croisé tout de même le lendemain sur la route du retour, RDV est pris pour le prochain passage.

2018-04-23 13-21-57

C'est un village Afar. Les hommes y sont semi-nomades, , tant que le climat permet aux troupeaux de se nourrir, L'été par contre, ils doivent migrer vers de  pâturages souvent loin. Les femmes et les enfants restent dans le village, ce qui créé des besoins. Si vous vous penchez sur l'histoire de Dougoum, vous entendrez parler de l'association "les abeilles de Dougoum" association créée qui vise au développement d’un petit village : leurs propres moyens de subsistance (troupeaux, jardins, apiculture et artisanat), à trouver un équilibre sanitaire et à améliorer un habitat écoresponsable.

 

Nous avons ramené quelques cahiers et crayons pour l'école, je pense m'y prendre plus tôt la prochaine fois pour récolter quelques affaires supplémentaires pour eux.

 

photo

2018-04-23 13-46-56 2018-04-23 13-47-03

 

La fromagerie, 

2018-04-23 13-51-03

 

 Nous repasserons le lendemain pour faire quelques emplettes au magasin d'artisanat, produits par les femmes du village, la tentation est grande 

 

 Il est temps de repart pour Ditilou : sur la route de Randa, le chemin est chaotique, 

Le campement, le plus ancien de Djibouti, a été créé en 1988 par Baragoïta Saïd, un ingénieur agronome érudit et passionnant ; il sert toujours de modèle aux campements plus récents. Une vingtaine de huttes traditionnelles au sol de pierre, organisées en terrasse, forment un très bel ensemble remarquablement soigné, loin de tout. La sensation d'isolement est très agréable. On y dîne sous le regard des singes verts. Douches (eau froide) et sanitaires propres. Les repas sont très bons (brochettes de poisson, sauce aux pommes de terre traditionnelle) et le petit déjeuner copieux. De Dittilou, on peut partir explorer la forêt de Day, les cascades, rejoindre en quelques heures le campement de Bankoualé ou celui du Day. (source Le petit Futé).

2018-04-23 14-46-48

2018-04-23 14-54-39

2018-04-23 14-58-01

2018-04-23 14-58-08

Nous arrivons ENFIN au refuge, c'est juste magnifique (bien qu'il parait qu'i y a 10 ans encore c'etait bien plus vert qu'aujourd'hui).

 

Le comité d'accueil ne se fait pas attendre, et un singe "blue vervets" ou "singe verts"  vient nous accueillir à la voiture... Il devait surtout se dire qu'on avait eut-être quelque chose de sympa à lui filer....

2018-04-23 15-31-29

 

 

Le campement est organisé sur deux "étages" en haut, les chambres, ce qui permet de  garer les voitures juste à côté et décharger tranquillement les bagages. On découvre rapidement nos "chambres" : des huttes en bois typiques, je pense qu'on va y être bien là !

 

2018-04-23 16-18-19

2018-04-23 15-29-00 2018-04-23 15-14-41

2018-04-23 15-14-36

Plus bas donc, petit passage pour découvrir où se trouvent les sanitaires : Franchement, belle surprise, tout est propre, même si rustique, mais franchement c'est plutôt pas mal...

2018-04-23 15-24-08

Très vite je choppe l'appareil photo, pour une jolie rencontre avec les deux vaches du campement, accompagnées non loin de là par la tortue, quelques chats et les singes qui nous observent eux depuis le toit de l'abri de nos hôtes. 

 

2018-04-23 15-23-21

2018-04-23 15-23-43

2018-04-23 15-42-28

Plus bas, la "salle à manger commune"  où nous sommes observés à chaque repas par les singes qui attendent impatiemment un peu de nourriture.... Du coup c'est nous qui sommes entourés de grillage, pare que je crois que sinon on devrait se battre pour conserver un peu de nourriture dans notre assiette...

2018-04-23 15-45-33

2018-04-23 18-21-38 2018-04-23 18-22-26

 

Le lendemain matin nous sommes allées faire a petite randonnée (on avait hésité avec les grande mais vu les températures on n'a bien fait et ça aurait été trop difficile dans ces conditions) on verra pour une prochaine fois...

 

Saïd nous emmène donc assez tôt le matin grimper la montagne pour atteindre la palmeraie, c'est magnifique ! même si on se rend compte avec tristesse que cette année le manque de pluie a fait des dégâts apparemment d'années en années ça empire... 

2018-04-24 08-14-43

 

 

 

Joli point de vue d'où l'on voit le campement en contre-bas.

2018-04-24 08-21-48

 

2018-04-24 08-24-19 2018-04-24 08-32-51

Un magnifique "Figuier étrangleur

Il poussent en se servant des autres végétaux support. Ils se reproduisent grâce aux graines contenues dans leurs fruits, ingérées par les oiseaux ou les primates, puis dispersées via leurs déjections. Lorsque les fientes atterrissent sur la branche, elles signent l'arrêt de mort dé l'arbre hôte car de là démarre le processus de vie du ficus étrangleur. Les graines germent à la cime et forment les premières racines qui s'enroulent petit à petit autour de l'arbre, puis envahit l'rbre hôte petit à petit jusqu'au sol. Au fil du temps l'arbre hôte est emprisonné et meurt. 

Le figuier étrangleur est malgré ce que l'on pourrait en croire un arbre clé pour la biodiversité, malgré divers croyances et légendes qui lui donnent ainsi une réputation assez négative. Il est utile car de nombreuses espèces en dépendent pour survivre, une fois à maturité ses figues nourrissent grand nombre d'espèces d'oiseaux et de singes.

 

 

Une magnifique palmeraie de Guédani nous attendait au bout de la randonnée, bien que l'on se rende compte de la sécheresse présente. 

2018-04-24 08-24-42 2018-04-24 08-29-11

 

 

2018-04-24 08-37-07 2018-04-24 08-36-52 

 

... On continue ?, Let's go ! ...

 

L'arbre à encens :  La résine est récoltée en pratiquant une incision peu profonde dans le tronc ou les branches de l'arbre et en retirant une étroite bande d'écorce. Il s'en écoule une sève laiteuse, qui coagule au contact de l'air et que l'on ramasse ensuite à la main. 

2018-04-24 08-57-16 2018-04-24 08-57-23

 

 

 

 

 

 

 

Un plan de tomates sauvages...

2018-04-24 08-13-44

 

 

 

2018-04-24 09-19-54

 

 

 

Et pour finir cette sympatique randonnée, un Calao vient nous faire coucou, bon il a fallut être rapide pour le chjopper en photo lui ! 

2018-04-24 09-31-29

 

 

 

Une belle petite rando nous sommes déjà bien "pouates" mais heureux, on programmera une visite du site entre novembre et février, à la fraîche pour pouvoir faire la grande randonné jusqu'à la cascade sans se lyophiliser ventilo

 

 

 

C'est l'heure de repartir, on prie très fort pour que tout se passe bien pour la voiture. On démarre et là,  gros nuage de fumée noire ! peur2

un nouveau voyant venait de s'allumer, le monde s'écroule... smilie_krank_031

On éteint le moteur, on redémarre et là après le nuage de fumée noire, ça semble aller... on part,  pas très sereins.... Les montées et les descentes nous ont bien brassés, on a fait un bon moment d'abdos/cuisses/fessiers, mais nous sommes arrivés sur la nationales, on reprend la route plus tranquille, direction Tadjourah pour rejoindre ensuite les sables blancs pour 2 jours....

 

2018-04-24 14-51-35

2018-04-24 15-00-18

 

Sur le chemin on a rencontré ces drôles d'abres, on en voit beaucoup dans le coin, mais que sont ces arbres et ces fruits ????

Il s'agit après recherche de "pommier de Sodome" un arbuste très commun dans les régions arides d'Afrique, en particulier dans les oueds. Ses fruits verts comparable à des pommes ovales. 
Cependant c'est une plante à la fois très toxique, mais tout de même très utiles si l'on sait exploiter toutes les possibilités y compris médicinales :

  • L'écorce et les rameaux pilés permettent de faire cailler le lait.
  • Le latex, qui contient de la calotropine, est un dangereux cardiotoxique. Il a été utilisé pour la confection de flèches empoisonnées, mais permet aussi de soigner les plaies des chameaux, ou encore de débarrasser les animaux de leurs tiques. On l'utilise également comme antivomitif.
  • Les chèvres, parfois aussi les moutons, mangent les feuilles desséchées et les fleurs.
  • Le bois, à l'épreuve des termites, est utilisé pour la confection de huttes ou de toits. On en fait aussi des flotteurs pour la pêche ou des selles. C'est un combustible apprécié, dont la fumée permet le séchage du poisson.
  • La fibre du liber, très résistante, permet de faire des cordages, des filets de pêche et diverses sortes de fils. Celle des fruits peut être utilisée comme bourre ou même comme substitut du coton hydrophile.
  • Les propriétés médicinales, plus ou moins empreintes de magie, sont nombreuses, pas forcément vérifiées. 
  • Les abeilles viennent pondre leurs larves dans les branches creuses et leur fournissent du miel que les Touaregs consomment. Ce miel se trouve en fendant les tiges creuses (attention aux piqûres). De teinte foncée, d'aspect pâteux il a un goût très prononcé de pain d'épice.
  • Le fruit séché au soleil, calciné puis mélangé au beurre de karité est un très bon remède contre la teigne et les dermatoses.

Voilà voilà pour la petite histoire...

 

 

Direction maintenant les SABLES BLANCS pour 2 jours ! 

Passage oblige par la ville de Tadjourah, franchement je m'attendais à une ville beaucoup plus imposante... 

 

2018-04-24 15-59-39

 

 

2018-04-24 16-20-17

 

Plage, apéro, jeux, PMT, que demander de plus.... l'eau est très bonne en ce moment, on y rentre sans problème et elle arrive à rafraîchir encore, ce qui ne va pas durer .

 

2018-04-24 18-35-01 2018-04-24 18-35-09

 

 

Un peu de PMT... C'est le printemps, et qui dit printemps... dit alvins... on en a vu plein, et notamment une petite famille bien protectrice, dès qu'Alex s'est approché, les parents sont venus défendre leur anémone...

2018-04-25 08-56-16

 

on comprend pourquoi quand on zoom un peu, alors nous avons laissé cette petite famille tranquille...

2018-04-25 08-56-24 

2018-04-25 09-32-03

 

 

 

Pour notre second jour, nous avons fêté les 9 ans de notre "mimi", ça passe tellement vite !

2018-04-25 12-48-24

Bon même si moi ça ne m'a pas trop fait rire sur le coup, je vous raconte ce que m'a sorti Emmy : Et du coup quand je fêterais mon prochain anniversaire bein toi t'auras 41 ans déjà ! Argh

2018-04-25 13-48-13

 

 

Nous avons profité d'avoir les voitures pour aller voir la fameuse demeure de l'écrivain Jean-François Deniau (écrivain et homme politique Français) à Ras-Ali. 

2018-04-25 15-45-45

2018-04-25 15-47-14 2018-04-25 15-47-33

 

C'est l'heure du retour, sur notre chemin, des embouteillages, et pas que à cause des camions cette fois ....

2018-04-26 14-14-48 

2018-04-26 14-29-23

 

 

Et nous avons aussi croisé une mosquée pas comme les autres, j'en cherche encore son origine..... 

2018-04-26 14-14-27

 

 

Nous avons passé de très bons moments, c'était vraiment chouette, et j'espère avoir l'occasion de retourner à Dougoum et Ditilou prochainement.

 

Posté par Clozoal à 10:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

08 avril 2018

Djalelo

 

 Le campement écotouristique de Djalelo, situé à une 60aine de kms de la capitale peut accueillir jsuqu'à 20 personnes sur réservation, sur une aire protégée d'environ 4000 hectares. Il est construit et géré par les bénévoles de l'association Decan.

Les bénéfices sont directement réinvestis dans la protection de la vallée, riche d'une biodiversité étonnante même si près de la capitale.

On y trouve tout ce qu'il faut pour passer de beaux moments et y dormir...

 

L'excurtion a été organisée par le club photos dont fait parti Alex, (je m'y colle à mon tour à la rentrée ;) ) c'était l'occasion de découvrir ces lieux et d'aller faire un peu 

 

  

2018-04-06 15-55-36 2018-04-06 15-48-24

 

Arrivée de nos 5 véhicules à l'entrée de la zone protégée avec les véhicules, un peu de piste a bien amusé les filles, qui ont pu aussi voir quelques dromadaires déjà sur le chemin et des biquettes, .... le début de l'aventure, à ce moment là j'espère vraiment que les filles vont apprécier le séjour.... pas de mer...

Et va-ton voir beaucoup d'animaux ? Est-ce que je vais me faire attaquer par une araignée mutante ? un scorpion enragé ou une hyène sadique ???? Mais non, je ne vois pas ce qui vous interpelle ! ?  oui bon ok, j'en rajoute un petit peu....

 

Nous voilà au campement, on s'installe, les sacs dans notre toukoul, et les glacières dans la salle à manger commune. 

2018-04-06 16-06-26 

Salle à manger commune avec tables, chaises, et vaisselle à dispo c'est top.

 

 

2018-04-06 16-06-30

2018-04-06 16-06-36 2018-04-06 16-16-30

 

Ce sera chez nous pour le week-end ! 

 

 

2018-04-06 16-16-40 2018-04-06 16-16-48

 

 

 

Allez c'est parti pour une première petite randonnée, tout le monde prend son matos et c'est parti ! Pourvu qu'on ne voit pas que des cailloux ! 7

 

 

 2018-04-06 17-29-46

 

2018-04-06 17-52-19 

Je n'ai pas encore trouvé le nom de ce bel oiseau qui m'a valu beaucoup de mal pour réussir à le rendre en photo, j'ai du prendre des positions pas très glamours pour réussir à le prendre, et encore il n'a pas voulu prendre la pose, avec un le ciel en fond uni... pffff bon je ne peux pas vous dire ce que c'est comme oiseau, je dois poursuivre mes recherches, un jours je viendrais compléter... un jour...

 

2018-04-06 17-57-30

 

 

 

 Le soleil va se coucher il est temps de revenir vers le camp...

 2018-04-06 18-13-04

2018-04-06 18-14-48 

Oh ! petite surprise sur les petits murets prêt de nos toukouls, ils se laissent approcher relativement facilement, il y  en a pleins ! 

C'est un goundi : espèce de Rongeurs de la famille des Ctenodactylidae

2018-04-06 18-29-58

2018-04-06 18-34-53 2018-04-06 22-30-31

 

Le soir on a eu le droit au concert des ghekos qui ont chassés par la même occasion, là je n'ai pas pu zoomer, je n'avais que mon tel sur moi mais il est en train de manger son déjeuner .... on ne croirait pas comme ça mais c'est plutôt bruyant comme bestiole LOL

 

Le lendemain matin : réveillée par deux ghekos qui se chamaillaient... non mais je rêve ! LOL

2018-04-07 05-51-22 

Bon bein du coup on va profiter du spectacle...

2018-04-07 06-01-44

 

2018-04-07 07-10-37

2018-04-07 07-11-20

2018-04-07 07-12-31

 

Après un bon petit dej, deuxième rando....

2018-04-07 08-55-52

2018-04-07 08-57-08

 

2018-04-07 09-02-28

2018-04-07 09-08-49

2018-04-07 09-23-41 

Un troupezau d'âne qui s'est vite empressé de rejoindre une famille de nomade installée non loin de là ...

2018-04-07 09-26-57

2018-04-07 09-32-44

Le Flamboyant de la Mer Rouge : Delonix elata  Gamble, bel arbre de 8 à 10 m. de haut, très ornemental, connu en Abyssinie, Nubie, Erythrée, Somalie etc...

2018-04-07 09-38-39

2018-04-07 09-40-13

2018-04-07 09-40-16

Une tombe de type Galla

 

 

2018-04-07 09-41-10

2018-04-07 09-55-58

Des gazelles girafe ! 

 

 

2018-04-07 10-01-58

On a eu aussi la visite de deux petites chèvres bien sympatiques 

 

 

2018-04-07 10-06-03

On a pu voir pas mal de gazelle girafes.... c'est l'heure de manger...

 

2018-04-07 10-24-01

Spécimen observé à Djibouti dans la réserve de Djalelo Salt's dik-dik (Madoqua saltiana) : c'est une petite antilope trouvée dans les semi-déserts, les buissons et les fourrés dans la Corne de l'Afrique,  mais marginalement aussi dans le nord du Kenya et de l'est du Soudan.

2018-04-07 10-30-50

2018-04-07 10-32-33

A ùmon grand étonnement je bruit que fait le dik dik est assez halluciant ! faut que je vous trouve ça pour vous faire écouter, je croyais que mon voisin régler un truc sur son appareil photo... non non c'est le dik dik qui s'enfuyait Mdr

 

 

 

Voilà voilà, bref résumé de ce super week-end, j'en garde un peu pour la prochaine fois par ce que contre toute attente, je pensais que les filles n'aimeraient aps spécialement, il n'y a pas la mer, etc... et bien les deux ont dit unanimement que de tout ce qu'on a fait en nomado pour le moment c'est leur endroit préféré ! 

Posté par Clozoal à 18:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 avril 2018

Visite de l'usine Coubèche

20180403_121114

 

Pour changer.... quoi ? vous avez deviné ? oui oui Céline nous a encore trouvé une super visite à faire, la visite de l’usine Coubèche où sont embouteillées les bouteilles de Crystal, Fanta, Sprite ou Coca Cola....

L'usine située près du port sur 28 000  m² , elle emploie plus de 600 personnes directement et compte pas loin de 3000 points de vente....

Les établissements Coubèche ont été fondés par Mohamed SALEH COUBECHE, l'un des premiers yéménites installé à O'bock en 1885 (ne coyez pas que j'ai retenu la date j'ai du aller la rechercher sur le site pour la minute historique 7). Transféré ensuite à Djibouti en 1893, l'activité au départ était l'avitaillement de navire...

 

Bon voilà ça c'est fait, maintenant faut s'équiper pour aller visiter la chaîne de mise en bouteilles des petites bouteilles de Chrystal.

Chaque jour une production différente, demain ce sera peut-être pour les bonbonnes d'eau....

Allez on y go !

 

20180403_092431

Audrey aide moi j'me tape l'affiche avec ma petite Charlotte LOL

 

 

20180403_092534

 

Merci copine je me sens moins seule ... pouce yes

 

 

 

 

 

20180403_092621 20180403_092638

Cette petite chose va devenir une bouteille, elle passe dans une soufflerie qui va transformer ce "tube" en petite bouteille d'eau....

La bouteille est alors remplie d'eau de mer, cette eau est filtrée, puis traitée, puis désalinisée par osmose inverse. 

Les bouteilles restent ainsi pendant 24 h avant de poursuivre leur parcours à l'étiquetage, ainsi que le tampon de la date et de l'heure, puis de la mise en packs.... une fois tout le processus terminée, elles sont mises sur palettes, filmées puis partent dans les divers points de vente.

Seules les canettes ne sont pas produites ici mais importées de l'usine Coca de France.

 

Une petite visite bien sympa, nous avons été très bien reçues, et on est même reparties avec un ou deux petits cadeaux ....

20180403_115226

Posté par Clozoal à 11:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 mars 2018

Démonstration / initiation au tissage de panier

Ce matin avec le club nous avons passé la matinée dans les jardins de Radfan à Ambouli. Après la visite du jardin, nous nous sommes réunis autour d’un petit déjeuner éthiopien, et la famille d’Ali, le vendeur de panier, nous a initiés au tissage de paniers.

 

Allez, je vous emmène, vous me suivez ? 

IMG-20180314-WA0012

 

Les jardins d'Ambouli se situent derrière un petit muret qui ne paye pas de mine comme ça... jamais on ne soupçonnerai tant que nous ne nous y sommes pas aventurés, des jardins avec autant de verdure ! 

C'est l'oued Ambouli qui permet à ces jardins d'être irrigués. Plus souvent discrète, l'eau se transforme en véritable petit fleuve  si il y a une grosse pluie.(D'ailleurs il paraît que "oued" est un mot arabe qui veut dire "fleuve")

Tout le monde lance des"wouahhhh du vert ! "  : Et bien oui ça peut faire sourire, mais ici on voit plus de la poussière et des cailloux que des pots de fleurs et des arbres LOL

Allez on file visiter un peu le jardin d'Ali. Il faut savoir que dans les jardins d'Ambouli, c'est une zone divisée en petits jardins, donc ce que l'on voit chez Ali ne sera pas pareil chez les autres, j'espère avoir l'occasion d'en visiter d'autres et de partager avec d'autres autochtones. Ce sera forcément encore différents mais toujours enrichissant ; j'adoooore !

20180314_095820  20180314_095937 20180314_095856

 

20180314_100251 20180314_100321

20180314_100342

20180314_100447 20180314_100504

20180314_100601

20180314_100636 20180314_100649

20180314_100659

 

Ensuite nous avons pu assister à une petite démo de "comment tisser" la façon la plus basiquer hein, il y a plusieurs façons pour des rendus différents évidemment. Les feuilles utilisée pour tisser son des feuilles de "palmier doum" et les teintures sont soit naturelles, soit importées d'éthiopie.

20180314_103358

20180314_102538

20180314_101612

Pendant que certaines bossent, d'autre sont tranquillement dans les bras de morphée !  LOL trop mignon !

20180314_110658

Pour le petit déjeuner, la femme d'Ali (je suis désolée mais j'ai pas retenu son prénom oops) nous avait préparé des galettes éthiopiennes, une vraie petite tuerie ! 

20180314_130323 20180314_130331

 

 

 

 

Bon je vous laisse j'ai du taf qui mm'attends, j'ai ramené un peu de matière et de matos à la maison .... je crois que ça va finir en dessous de plat parce qu'avant de faire un panier..... 

Mdr

20180314_105158

Posté par Clozoal à 14:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mars 2018

RTD Djibouti

Ce matin c'était visite de Radiodiffusion Télévision Djibouti (RTD Djibouti). 

 

28575752_10211655944780319_126995016355417357_n

La radiodiffusion débute dans les années 50 à Djibouti, et c'est en 1964 qu'une station régionale est installée à Djibouti-ville., qquir ediffuse à ce moment là des émissions radio et télé françaises. Depuis le matériel a largement évolué, on a pu voir un petit musée des différentes machines utilisée au fil des ans pour la télé et la radio.

 

20180305_094554 

Puisnous aovns pu visiter la régie, les studios d'enregistrement, vu une petite partie d'une émission en directe à la radio.

 

Bon j'avoue on a passé des moments très sympas !: 'avoue que même si je n'aime pas me retrouver au devant de la scène, là c'etait plus fun, je savais qu'on ne passait pas à la télé et je me suis prise au jeu comme d'autre à me mettre à la place d'un journaliste ou autre et les copines ont immortalisé ces moments j'en ri encore....

Je vous épargne que comme à mon habitude, je veux passer inaperçue et je me vautre en beauté, comme par exemple quand je me glisse discrètement dans al salle de montage, je me faufilais et là paf ! plus de lumière  !  quel est le boulet qui  a éteint ? ah... bein c'est moi avec mon dos en passant un peu trop près du mur....

Quel est le boulet qui va s'assoir discrètement sur le tabouret près des gens interviewés ... et là au moment de s'assoir, le tabouret s'affaisse lentement, c'est comme ça que je me retrouve limite avec le menton sur la table ? hein /L pour passer discrètement je vous le donne dans le mille je me suis un chouille plantée 

 

20180305_100040 

received_2133470020214353

Bon ce qu'on retiendra de l'histoire c'est que dans tout ça on a fait une découverte avec Audrey, et bien en allant voir le studio d'enregistrement, on a vu le mobilier de chaque émission et là on nous annonce que nous regardons le mobilier de "la reine du shopping à Djibouti"  !  Quoi ? il existe les reines du shopping à djibouti ? Un peu plus tard nous avons eu l'opportunité de rencontrer Mahado, qui n'est autre que la responsables des émissions féminines et entre entre de la fameuse émission. Une bien jolie rencontre avec une femme passionnée, très dynamique c'est le moins qu'on puisse dire ! 

On a finit par une petite interview (pourtant j'avais dit je reste derrière, je veux pas qu'on me voit oops) 

Je ne sais pas quand le reportage sera diffusé ni si il le sera un jour, et si je le verrai un jour mais si jamais j'en ai trace, juste pour le fun j'essaierai de le mettre là, s'il n'y a rien c'est pas bien grave j'ai trouvé cette viste très interressente, et on a rencontré des gens disponibles, accueillants et passionnés pour la plupart. Un grand merci à eux ! 

 

20180305_111022

 

 

20180305_111042 

 

Edit : la vidéo du journal et le reportage est à 23 min 37 s...

 

 

 

Posté par Clozoal à 14:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 février 2018

En allant au Mall...

C'est aussi ça Djibouti, tu vas te ballader au Mall, et oui les boutiques à l'intérieur ouvrent au fur et à mesure... et sur la route, enfin en bord de route, tu croise un éleveur et sson troupeau de dromadaire. 
J'ai demandé l'autorisation de e prendre en photo c'etait trop sympa comme rencontre :)

 

2018-02-21 11-02-43

2018-02-21 11-01-55 2018-02-21 11-02-50

2018-02-21 11-03-02 2018-02-21 11-03-06

Posté par Clozoal à 14:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

13 février 2018

Balbala, Blockhaus et phare

Quartier de la ville de Djibouti, Balbala est situé à l'ouest de l'oued Ambouli.



Entre 24 et 34 le phare d'Hayyâbléï

2018-02-13 10-28-25              2018-02-13 10-35-15

2018-02-13 10-40-12 2018-02-13 10-40-17

2018-02-13 10-40-43

Guerre des postes de 35 à 45 entre Italiens et Français:

Dans la partie la plus haute de Balbala, là où s'élèvent maintenant des réservoirs d'eau on observe les anciennes fortifications construites par les Français, et particulièrement par le général Le Gentilhomme, en 1938 avant la deuxième guerre mondiale, lorsqu'ils craignaient l'invasion des Italiens qui occupaient l'Erythrée, l'Ethiopie et la Somalie et projetaient d'occuper la Côte Française des Somalis pour former un vaste empire italien de l'Afrique orientale. On peut voir d'autres traces de ces fortifications sur la route qui mène à Doralé et aussi à l'entrée de la ville d'Ali Sabieh. 

 Les Italiens veulent faire la guerre contre la France, début 1938, ne pouvant prendre possession de toute la ligne de chemin de fer, les Italiens décidèrent de neutraliser Djibouti en rendant le port et la ligne inutiles par la construction de routes goudronnées reliant Assab et Massaoua à Addis-Abeba. Les travaux furent menés avec rapidité et les effets ne se firent pas attendre: de 700 tonnes par jour, le transit tomba à 300. Le chômage s'installa, l'Afrique Orientale et le Chemin de Fer commencèrent à débaucher. Djibouti avait cessé d'être le seul débouché de l'Éthiopie sur la mer.

A Paris, le gouvernement avait répliqué aux revendications italiennes par une fin de non-recevoir et organisé la défense de la C. F S en envoyant à Djibouti 4000 hommes de troupe dont de nombreux "Tirailleurs Sénégalais", 2 navires de guerre et une escadrille de Potez. Ces forces étaient dirigées par le général Le Gentilhomme. Celui-ci fit creuser des fossés anti chars autour et dans la ville, édifier des casemates et blockhaus à Ambouli (1938 et 39 ?), Doralé, creuser des galeries dans les collines à Farah-Had, Ali-Sabieh et Dikhil.
Les menaces de guerre atteignaient Djibouti.

A la déclaration de guerre franco-italienne, les Italiens n'attaquèrent pas. Il leur semblait inutile de se battre pour acquérir une colonie qui devait leur tomber dans la main dès la signature de l'armistice. On se mit d'accord finalement autour d'un statu-quo. Les Anglais, soucieux d'empêcher toute possibilité de ravitaillement aux Italiens par le port et le Chemin de Fer, instaurèrent un blocus maritime des côtes. Djibouti entrait dans la période la plus affreuse de son histoire - le blocus (le Karmi-i) - durant laquelle tout était remis en question. Vidée de la majeure partie de ses habitants, son port exsangue, son chemin de fer coupé, la ville était en état de siège, livrée aux militaires, son approvisionnement interrompu, sa population affamée et  On rentre dans la période de contrebande.

1940, les gens meurent de faim à Tadjourah et à Obock.Dans le nord, les gens marqués par cette période noire gardent les chèvres chez eux (activitée oubliée aujourd'hui) et ce sont juré de les garder pour ne pplus mourrir de faim

Tellement affamés à cette période qu'ils mangaient les graines d'acacias

 "Balbala" naît en 1978 (déformation du mot barbelais) 

Balbala a d'abord été un bidonville Initialement en bois et taule ondulée jusqu'à l'indépendance de Djibouti en 1977, il est plusieurs fois détruit et reconstruit. Il devient ensuite le quartier des nouveaux urbains, issus de l'exode rural. Des droits de construction sont peu à peu cédés aux occupants, et le quartier acquiert des caractéristiques urbaines, avec des constructions en dur, puis des écoles et autres services. D'autres quartiers deviennent ensuite le symbole de l'habitat précaire et informel, PK12, Hayabeley, puis PK20.

 

2018-02-13 09-05-48 2018-02-13 09-13-24

2018-02-13 09-14-08 2018-02-13 09-39-40

2018-02-13 09-53-36 2018-02-13 09-54-16

2018-02-13 09-54-31 

2018-02-13 10-04-20

2018-02-13 11-45-42

Posté par Clozoal à 18:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

01 février 2018

Les gares de Djibouti

Toujours avec le Club loisirs et Découvertes, j'ai pu visiter hier l'ancienne Gare de djibouti qui se situe dans la ville, sur le plateau du Serpent, puis nous nous sommes rendus à la nouvelle gare, la gare de Nagad.

 

Un petit peu d'histoire pour placer le contexte :

L'empereur Ménélik II, pour désenclaver l'éthiopie, projette de créer une ligne de chemin de fer qui relie Djibouti à l'Ethiopie. Ainsi, il accorde à Alfred Ilg, un ingénieur suisse, la concession d'un chemin de fer. En 1894, la Compagnie impériale éthiopienne (CIE) est créée? Cette dernière, pour des raisons financières, déposa le bilan en 1907. Les travaux d'extension furent achevés par la compagnie du chemin de fer franco-éthiopien (SFE) qui commença, en 1917, l'éxploitation commerciale de la ligne. Durant l'occupation, les constructions de nouvelles lignes, initiées par les Italiens, avortent en raison de la victorieuse opposition des Ethiopiens à la domination coloniale. C'est au tour des Britanniques de reprendre temporairement entre 1941 et 1946, l'exploitation du chemin de fer. En 1959, la France signe avec l'Ethiopie une concession allant jusqu'au 31 décembre 2016. Par l'évènement, elle accorde à l'Ethiopie des facilités dans le port de Djibouti pour tout le trafic transitant par chemin de fer.

L'indépendance en 1977, du Territoire Français des Afars et des Issas, qui devient la république de Djibouti, changea la donne. La compagnie du chemin de fer djibouto-éthiopien (CDE) remplace la CFE et devient un établissement public binational. En 1981, un traité de copropriété est signé pour une durée de 50 ans entre les deux gouvernements, qui s'attelent à moderniser et à rendre la ligne Addis-Abeba au nouveau port de Doraleh et à Djibouti-ville, est actuellement en phase de réalisation.

Source : "Djibouti" de Roukiya Osman.

 

  

2018-01-31 08-36-24

2018-01-31 08-36-57 2018-01-31 08-40-06

2018-01-31 08-43-59 2018-01-31 08-45-50

2018-01-31 08-46-20 2018-01-31 08-47-10

2018-01-31 08-47-53 2018-01-31 08-48-42

2018-01-31 08-49-00 2018-01-31 08-50-10

2018-01-31 08-50-49 2018-01-31 08-51-37

Seulement l'ancienne gare a ses limites, notament elle ne peut permettre le transport de charges trop lourdes, car les matériaux qui avaient été utilisés, ne permettait pas de transporter des charges trop lourdes. Il fallait donc construire une nouvelle gare. 

Puis nous nous sommes rendus à la nouvelle gare : 

 

Capture

Le directeur général de la Société Djiboutienne des Chemins des Fer (SDCF), est M.Mahamoud Robleh Dabar.

La nouvelle gare de Nagad a été construite par la China Civil engineering Construction Corporation(CCECC) qui a mené les travaux et la banque d’import-export Exim Bank qui a financé à hauteur de 4 milliards de dollars.

 Le projet de nouvelles gares a pour objectif d’offrir de nouveaux espaces d’accueil et de services aux voyageurs, mais aussi d’articuler les marchandises de manière plus fluide et efficace. 

 

2018-01-31 09-55-50

2018-01-31 10-10-10 2018-01-31 10-10-14

2018-01-31 10-14-57 2018-01-31 10-15-23

 

Posté par Clozoal à 15:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]